lundi 3 juillet 2017

Doctor Who | Chronique Série

Titre original : Doctor Who
Créée par : Russell T. Davies 
Origine : Royaume-Uni
Genre : Science-Fiction
Première diffusion : 26 mars 2005
Sur : BBC
Vue en : VOSTFR, VO, VF
S'étend sur : 10 saisons, 118 épisodes
Avec : Christopher Eccleston, Billie Piper, David Tennant, Freema Agyeman, Catherine Tate, Matt Smith, Karen Gillian, Arthur Darvill, Jenna Coleman, Peter Capaldi, Pearl Mackie. 
   Pitch : Le Docteur est un alien, dernier survivant de sa race, les Seigneurs du Temps, issue de la planète Gallifrey. Après une guerre dévastatrice contre les Daleks, Le Docteur s'échappe à bord de son TARDIS, et voyage à travers le temps et l'espace. Particulièrement attaché à la planète Terre, le Docteur est souvent accompagné de companions, pour la plupart humains et féminins.
   Gros morceau de la culture britannique auquel je m'attaque, qu'est Doctor Who. A part le thé et la reine Elisabeth, je ne connais pas plus anglais que cette série, qui raconte l'histoire d'un alien au QI qui ferait rougir Einstein de honte, et qui traverse l'espace et le temps à bord de son TARDIS, cette fameuse cabine bleue de police, et passe le plus clair de son temps à sauver l'univers. Doctor Who est une série particulière : elle débute une première fois le 23 novembre 1963 (soit le lendemain de l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy) pour se terminer le 6 décembre 1989 après 26 saisons, mais est ramenée pour deux téléfilms en 1996, et le 26 mars 2005 à la télévision pour une deuxième série qui dure depuis maintenant 10 saisons et n'est pas prête de se terminer. Autant dire que cette série est culte, et est la série de science-fiction la plus longue au monde, toutes nationalités confondues. 


   Une des principales caractéristiques de cette série, c'est que son personnage principal, le Docteur, a la faculté de se régénérer, c'est-à-dire de changer de corps quand l'ancien est trop altéré, afin de prolonger sa vie, ce qui fait qu'il est très difficile de le tuer. Au départ, cette faculté a été instaurée pour que la série continue, alors que son premier interprète, William Hartnell, déjà âgé à l'époque, tombe malade. Il revient pour des épisodes spéciaux plus tard, mais laisse le rôle à Patrick Troughton. C'est devenu un des principaux tropes inhérents à la série. Le personnage compte à ce jour treize incarnations, dont cinq dans la seconde série, la dernière en date étant celle de Peter Capaldi, un acteur écossais plusieurs fois récompensé et oscarisé. 
   Cela permet à la série de renouveler régulièrement son casting, pour le plus grand malheur, mais également bonheur, du public. En effet, le départ d'un Docteur est toujours une source de tristesse, car on apprend à l'apprécier avec sa personnalité propre, et il est difficile de laisser partir les personnages qu'on aime dans nos séries. Cependant, c'est aussi une source de joie et d'excitation car nous sommes dans l'expectative d'une nouvelle forme de ce personnage. Chaque acteur a réussi à s'approprier ce personnage complexe, et a rajouté sa patte pour le construire.


   C'est pour cela que Doctor Who est une série qui ne s'épuise jamais, car elle est en constante évolution, jusque dans le changement de ses acteurs et personnages. Les companions du Docteur vont et viennent, repartent pour toujours ou reviennent pour une dernière aventure. Seul le Docteur reste, et pourtant, il change constamment, d'acteur et de personnalité. La série dans ses premières saisons n'a absolument plus rien à voir avec les dernières saisons, le casting a complètement changé en dix ans, et offre de nouvelles dynamiques entre les personnages à chaque saison. Surtout, le casting secondaire, c'est-à-dire tout le monde à part le Docteur et ses companions du moment, change à chaque épisode, et on a l'occasion de découvrir un nombre incroyable d'acteurs britanniques par saisons, qu'on a la joie de découvrir dans d'autres séries, avec leur propre rôle (entre autres, John Barrowman, qui aura son rôle principal dans Torchwood, et Colin Morgan qui tient le rôle principal dans Merlin).
   De plus, et cela entre dans l'idée que la série est inépuisable, même si celle-ci crée un arc narratif global pour chaque saison, les épisodes sont semi-dépendants entre eux, chaque épisode ou presque présente une nouvelle aventure du Docteur et de ses companions, dans un endroit différent de l'univers, en des époques différentes du passé ou du futur. La série ne présente pas de décors fixes, en dehors de celui du TARDIS, elle ne présente pas de contrainte de lieu ou de temps, par conséquent, l'imagination des scénaristes et showrunners est quasi-inexhaustible. Même si certaines saisons sont bien mieux pensées que d'autres. 


   Un des sujets principaux qu'aborde la série et qui revient régulièrement, est la tolérance. En effet, le Docteur, dernier rescapé de sa race, les Seigneurs du Temps, est particulièrement sensible au respect des espèces entre elles, et cherche dans chacune de ses missions à instaurer la tolérance et empêcher les guerres. Il sait ce que c'est, que de n'avoir personne de son espèce, pas un ami qui vienne du même endroit que lui, il est seul dans tout l'univers, et cela lui pèse. Etant d'un naturel empathique et héroïque, il refuse que d'autres espèces subissent son sort, que des espèces s'entretuent pour que reste une seule race dominante dans l'univers. Dans notre monde qui se tient en équilibre sur le fil du rasoir, il est important de prêcher la tolérance, avant qu'il ne soit trop tard, comme pour le Docteur. 

  
   Ce qui fait la force de Doctor Who, outre la richesse du personnage du Docteur, ce sont les personnages qui accompagnent l'alien, ses companions. Essentiellement des personnages féminins, ce sont pour la plupart des habitants de la Terre, et particulièrement des Anglais. Le Docteur est un personnage qui déteste être seul, pour différentes raisons selon son incarnation, que ce soit la peur de la solitude, l'envie d'avoir des témoins pour impressionner, etc. Ces personnages qu'il "engage" avec lui ont alors l'occasion de découvrir l'univers, et même si c'est très périlleux, aucun ne crache sur la perspective de découvrir les anneaux d'Akhaten, l'Angleterre victorienne, ou encore New New York. Ils sont également d'une grande aide pour le Docteur. Dans les premières saisons, le companion était surtout le personnage qui incarnait la position du spectateur : ce personnage, ayant un regard de novice, et pour faire un peu d'exposition, est surtout là pour poser les questions au Docteur que le spectateur ne peut pas poser, et pour découvrir ainsi l'univers et les codes de la série. C'est un peu le rôle de Rose Tyler dans la première saison, rôle qui s'étoffe un peu dans la deuxième. C'est à partir de la quatrième saison, à mon avis, que le companion du Docteur a un vrai rôle à part entière dans les missions du Docteur. 
   On a l'occasion de découvrir des personnages formidables, et il est difficile de savoir quel est notre companion préféré, comme il est difficile de savoir qui on préfère entre tous les Docteurs. Mon duo préféré est indubitablement celui de Matt Smith et Jenna Coleman, c'est-à-dire les interprètes du Onzième Docteur et de Clara Oswald. Tous deux ont une alchimie incroyable, et leurs épisodes sont chacun un petit trésor de réalisation et de scénarisation. Il est dommage que ce soit le duo qui aie duré le moins longtemps de toute la série, car c'est à mon avis le plus réussi. Mais j'apprécie énormément toute l'époque de Matt Smith en tant que Docteur, que ce soit avec Clara, ou avec Amy et Rory. 


   Doctor Who est une série bien trop complexe pour être résumée, et je pourrais en parler pendant des heures. Je ne suis même pas certaine que vous ayez compris totalement de quoi la série parle d'ailleurs, mais, eh, c'est pour cela que je vous conseille de regarder la série. Dix saisons, cela peut sembler long et faire peur, mais en réalité ce sont des saisons de chacune treize épisodes, et le visionnage de la série est très rapide, on enchaîne facilement les épisodes. Je mets un petit bémol sur la saison 1, dont les effets spéciaux ont mal vieilli et qui semble kitsch au possible aujourd'hui, mais elle garde tout son charme, et Christopher Eccleston est un excellent Neuvième Docteur qui forme un bon duo avec Billie Piper. Je considère Doctor Who comme un classique de la science-fiction, et de la télévision. Quand on est un sériphile, c'est comme quand on est un cinéphile ou un littéraire, on a en quelque sorte des devoirs à faire, des classiques à voir, et Doctor Who en fait partie. C'est une série culte, qui a même eu droit à son épisode anniversaire pour ses 50 ans en 2013, The Day of the Doctor, épisode qui est même sorti en salles de cinéma au Royaume-Uni, ce qui est très rare, voire inédit pour une série télévisée. C'est une série fondatrice de la science-fiction d'aujourd'hui, la plupart des théories sur le voyage dans le temps que vous découvrirez dans des séries ultérieures aux années 70 sont issue initialement de Doctor Who, elle a posé les bases de la science-fiction sur lesquelles reposent toutes nos séries et autres œuvres actuelles. Il est important à mon sens de la voir, et c'est une de mes séries préférées. Je vous invite alors vivement à la visionner, et à rejoindre ainsi l'histoire merveilleuse de Doctor Who.


https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...